Le Blog de Thomas

Logiciels libres, Linux embarqué, et autres ...

Jour 0, Mardi 19 Juillet : Voyage et arrivée


Grâce à mon travail, j'ai eu la chance de pouvoir me rendre au Linux Symposium à Ottawa, un cycle de conférences sur le noyau Linux. Ces conférences ont eu lieu du 20 au 23 juillet. Il ne faut pas confondre avec le Linux Kernel Summit, qui s'est tenu juste avant, le 18 et 19 juillet, au même endroit. Le Linux Kernel Summit est une réunion “privée” des développeurs du noyau Linux, une centaine de personnes environ. Le Linux Symposium est ouvert à tous, moyennant finance. Les lecteurs qui souhaiteraient lire un compte du Linux Kernel Summit peuvent lire cet article de Jonathan Corbet sur LWN.

Le Canada
Le Canada

Départ vers 13h de Toulouse, puis changement à Paris avant de reprendre l'avion pour Montréal. Rien de spécial: pour une fois, les avions étaient à l'heure, tout s'est bien déroulé. Le trajet Paris -> Montréal, à bord d'un Boeing 747-400, m'a paru moins long que ce que je pensais. Tant mieux ;-)

À l'arrivée à ?, longue attente au guichet Air France pour confirmer notre vol retour : un monsieur monopolisait les personnes du guichet et faisait un drame à propos de je ne sais quoi exactement. Finalement, on arrive à confirmer notre vol, ce qui permet d'entendre quelques phrases en français avec l'accent québecois, fort amusant et sympathique.

Puis, récupération de la voiture de location. Le gars, sympa, nous explique comment aller en voiture de ? à Ottawa, carte à l'appui. Évidemment, toujours avec l'accent canadien. Une fois la voiture récupérée, découverte de la boîte de vitesse automatique : à quoi sert 'D', 'R', 'P', 'N' ? Après une courte séance d'essai/erreur, la lettre 'D' semble être le bon choix pour avancer. On est parti.

Avec les bons conseils de monsieur location, on trouve assez facilement notre chemin. On rate une sortie, mais on rattrape assez rapidement le coup. En fait, on sort très vite de Montréal, on traverse un très large fleuve, et c'est la campagne. Des immenses étendues sans rien d'autre que de la verdure et de la forêt. De temps en temps une maison, mais vraiment de temps en temps. Puis, sur une zone de travaux, on se trompe, et on prend la mauvaise direction. Finalement, en faisant un petit crochet au travers d'un village de 1800 habitants, on arrive à retrouver notre chemin. Sur le chemin, nous étions assez amusés des panneaux « Attention à la traversée d'élan »... jusqu'au moment où un de ces animaux a effectivement traversé la route, juste devant nous. Enfin, ce n'était peut-être pas un élan, mais une bête assez similaire.

L'hôtel
L'hôtel

Après ces quelques péripéties et deux bonnes heures de routes (Ottawa est à 160km de Montréal, voir carte), nous arrivons autour d'Ottawa. Nous n'avons aucune carte de la ville, à part un plan des quelques rues autour de l'hôtel. On choisit donc une sortie censée nous amenée à un « Information Center » que nous n'avons finalement jamais trouvé. Au hasard de nos déambulations, on tombe sur une des rues apparaissant sur le plan dont nous disposions. Après avoir posé la voiture pour faire du répérage à pied, on trouve enfin l'hôtel, qui a bien notre réservation. Cool ! Une demi-heure plus tard, nous sommes installés à l'hôtel, la voiture garée dans le parking de celui-ci.

Juste après, on ressort pour manger un morceau. Il est alors 11h heure locale, soit 5h du matin heure française, alors qu'on s'est levé vers 8h la veille. Déjà 21h sans dormir. On trouve un vendeur de pizza, dont on comprend assez mal l'anglais. On pensait avoir commandé une pizza, et finalement, on se retrouve avec deux pizzas.... Vraisemblablement, on s'était mal compris.

À propos de compréhension, au Canada, en tout cas dans l'Ontario, tout est indiqué en français et en anglais et la plupart des gens ont l'air de parler en anglais. Le soucis, c'est que lorsqu'on arrive dans un restaurant ou un magasin, on ne sait pas trop si il faut parler français ou anglais : français et risquer de ne pas être compris ou d'embêter l'interlocuteur, ou alors anglais et risquer de se faire reconnaître à cause de son accent français, alors que l'interlocuteur parle français ? Épineux problème. Enfin, a priori, l'anglais semble être la langue de tous les jours. Apparemment, l'Ontario est officiellement anglophone, mais Ottawa n'est séparé que par un fleuve de Gatineau, au Québec, une ville francophone. Ça montre à quel point les deux langues se mélangent, et à quel point il est difficile de savoir si il faut parler anglais ou français ;-)

Au final, vers 23h30, nous pouvons enfin nous coucher. Nous sommes finalement arrivés trop tard pour rejoindre le bar qui hébergeait la première soirée du Linux Symposium.
Il y a un commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]